In Memoriam - Patrick de Borda nous a quittés

Publié le par Administrateur 1

Notre grand ami Patrick de Borda nous a quittés au matin de ce 6 avril 2017 après avoir combattu courageusement pendant trois ans contre un ennemi implacable avec l'admirable et indéfectible soutien de sa chère épouse, Caroline. C'est une perte irréparable que les mots ne peuvent exprimer. Tous ses amis, nombreux, et sa grande famille, avaient toujours pensé que sa force rayonnante lui permettrait de surmonter cette injuste épreuve et de reprendre enfin le dessus. Et tous se sont réjouis de le voir retrouver chaque fois qu'il le pouvait la barre de son voilier en Méditerranée. Mais il était sans doute écrit que c'est dans le fief familial ancestral de La Biolle à Bonnegarde, loin dans l'intérieur des terres, que le grand marin qu'il était, dans la lignée de son illustre parent, le savant chevalier Jean-Charles de Borda, mathématicien, physicien, ingénieur, politologue, fondateur de l'indépendance américaine et surtout grand navigateur, devait s'éteindre entouré de l'affection des siens.

A Dax – où, comme il se plaisait à dire en plaisantant et en feignant un étonnement amusé, « tout est Borda ici » !, le musée, le lycée, le thermes... – on se souviendra longtemps de sa présence rayonnante aux manifestations qui avaient entouré la commémoration il y a tout juste vingt ans, du 7 au 12 avril 1997, de la mort du chevalier son parent dont il représenta alors brillamment la famille au cours des cérémonies et rencontres scientifiques nationales. Quelques années plus tard, il faisait l'honneur au vice-président que j'étais alors d'accepter, à mon amicale et insistante demande, que je parraine son entrée au conseil d'administration de la société savante qui porte le nom de sa famille, inscrit par ailleurs sur la Tour Eiffel, donné à un bâtiment de la marine nationale, à une rue de Paris, à des sociétés savantes du monde entier, et au-delà même, à un astéroïde et un cratère sur la Lune...

Je garde personnellement la mémoire illuminée de sa légitime fierté lors de sa réception au Palais du Luxembourg dans l'Ordre des Cincinnati qui avait reconnu que la dévolution du siège de membre fondateur de son illustre parent lui revenait de droit et ne pouvait mieux être honorée. Mais pour tous ceux qui l'ont connu de près dans les Landes, ce sera surtout ces moments de chaleureuse intimité des rencontres à La Biolle ou au hasard des invitations, que nous retiendrons de ce grand seigneur dont la générosité dans l'accueil de l'autre n'était égalée que par la modestie.

Le Conseil d'administration et les adhérents du Centre Généalogique des Landes et la Fédération des Académies de Gascogne présentent à sa famille, et plus particulièrement à son épouse Caroline, l'expression de leurs condoléances attristées et de leur profonde empathie dans cette douloureuse épreuve.

                                                                                               Jacques de Cauna

Commenter cet article