Sortie d'été autour de Mugron

Publié par Administrateur 1

Sortie d'été autour de Mugron

Le jeudi 20 août 2015

Le rendez-vous était fixé à 9h30 sur le parking des Arènes de Mugron, point de départ d’une promenade qui amena la cinquantaine de participants présents par la rue principale jusqu’au Chai d’Antin, imposant bâtiment du XVIIIe siècle qui témoigne de l’activité commerciale liée au vin dont Jacques de Cauna brossa rapidement le tableau. On relevait, par exemple, à l’époque 4 281 barriques (de 300 litres) au port de Menet sur les 26 000 embarquées à Bayonne que les galupes, tilholes, chalands, chalibardons... (portant en moyenne 30 barriques) atteignaient en moins de trois jours. Le chai d’Antin (anciennement Domenger) hébergeait en 1793 240 barriques de vin vieux et 1 200 de vin nouveau. Ces informations furent complétées par l’aperçu sur l’ancien port fluvial de Menet que l’on put avoir plus tard depuis le belvédère de la place centrale et en descendant en voiture la côte (autrefois Route de la Montagne) qui mène vers l’Adour où subsistent encore quelques autres bâtiments du même type. Après avoir dépassé l’ancien hôpital et le presbytère, bien signalés par des plaques explicatives, et traversé le parc de la maison Chantilly, le groupe se réunit dans la salle d’honneur de cet ancien château capcazalier du négociant Bernard Domenger passé par mariage aux d’Antin et qui est aujourd’hui la Mairie. Bernard d’Antin nous y présenta la maison et les souvenirs de la vie d’antan qu’il en garde (voir son article).

L’étape suivante nous conduisit en voiture vers l’église de Nerbis, nouvellement restaurée, avec les beaux vitraux d’Antoine Lusson, maître verrier de Paris et les tombes discoïdales du XVIIe siècle réunies sous le porche que nous présenta Christian Lacrouts. Jacques de Cauna attira l’attention sur la partie romane ancienne du Xe siècle, époque où existait un prieuré, la porte et le bénitier des cagots, les parties fortifiées. Il évoqua les charges et les biens de l’église, les grands événements historiques des guerres de religion et de la Fronde (voir l’article).

Nous étions attendus vers 11h par Mme Brettes et M. Lannelongue, son père, à la ferme de Couhin, ancienne caverie de la paroisse de Toulouzette (voir l’article), où nous pûmes voir le moulin, élément le plus important de l’ancienne seigneurie des Cauna et Caupenne. La présentation historique de la tour de guet de Couhin, vis-à-vis du donjon de Cauna sur la rive droite de l’Adour, et du corps de logis avec ses fenêtres à meneaux et sa cheminée ancienne, s’accompagna pour finir de celle des produits gastronomiques actuels de la maison : fois gras, confits d’oie et de canard...

Après un copieux déjeuner à la ferme-auberge proche de Marquines, nous nous dirigeâmes vers Poyaler, pour y retrouver, au bout de la rue unique du pittoresque hameau, sur la motte castrale, au pied de la tour, dernier vestige du château féodal perchée à 95 mètres d’altitude sur la route de Larbey, le propriétaire, M. Jean-Michel Morlaès, qui nous informa des récentes restaurations effectuées à la suite du classement de l’édifice dont l’historique fut présenté par Jacques de Cauna à partir des informations recueillies aux Archives nationales dans le fonds des biens séquestrés sous la Révolution aux Gontaut-Biron, héritiers des Saint-Aubin, Cauna, Montaut-Bénac-Navailles.

A 16h, M. Bernard d’Antin accueillait le groupe devant son beau manoir de Boucosse, ancienne caverie restaurée dans le respect de la tradition, dont chacun put apprécier, après la grande allée d’entrée, le site remarquable face à la chaine des Pyrénées au sud. Bernard d’Antin nous en présenta l’histoire des origines à nos jours (voir son article).

Après avoir traversé l’Adour, nous fûmes reçus dans le cadre enchanteur de Sengresse par Michèle et Rob Mac Lusky, propriétaires des lieux, dans l’ancienne caverie des Baylens-Poyanne qui devint après la Révolution la résidence de Frédéric Bastiat comme nous l’expliqua Christian Lacrouts qui attira surtout notre attention sur l’imposant chai ancien où était entreposé le vin, avec sa petite chapelle intérieure et sa très belle charpente en forme de coque de navire renversée.

Il était environ 18h lorsque le groupe se sépara enchanté de cette belle journée en évoquant la possibilité de revenir visiter les nombreuses autres caveries et curiosités historiques de ce très beau coin de notre magnifique Chalosse.

Villa Chantilly, caverie et cheminée de Couhin, Boucosse,  tour de Poyaler, moulin de toulouzette
Villa Chantilly, caverie et cheminée de Couhin, Boucosse,  tour de Poyaler, moulin de toulouzette
Villa Chantilly, caverie et cheminée de Couhin, Boucosse,  tour de Poyaler, moulin de toulouzette
Villa Chantilly, caverie et cheminée de Couhin, Boucosse,  tour de Poyaler, moulin de toulouzette
Villa Chantilly, caverie et cheminée de Couhin, Boucosse,  tour de Poyaler, moulin de toulouzette
Villa Chantilly, caverie et cheminée de Couhin, Boucosse,  tour de Poyaler, moulin de toulouzette
Villa Chantilly, caverie et cheminée de Couhin, Boucosse,  tour de Poyaler, moulin de toulouzette

Villa Chantilly, caverie et cheminée de Couhin, Boucosse, tour de Poyaler, moulin de toulouzette

Publié dans Evènements